HY4Link : un projet pour transporter l’hydrogène entre France, Allemagne et Benelux

HY4LINK
HY4Link : un projet pour transporter l’hydrogène entre France, Allemagne et Benelux

Creos Luxembourg, Fluxys hydrogen en Belgique et GRTgaz en France annoncent la publication d’un projet d’infrastructure de transport d’hydrogène. Il est candidat au titre des IPCEI et vise à faire émerger un réseau européen.

Le projet HY4Link s’inscrit dans le cadre du Plan de Développement Décennal du Réseau Européen Hydrogène* et a été publié sur le site de l’ENTSOG (European Network of Transmission System Operators for Gas). Dans un premier temps, les partenaires vont évaluer les besoins de consommation et de transit à la maille de la Grande Région, où un autre projet mosaHYc va être déployé. L’ambition est de relier la Belgique, le Luxembourg, la région Grand Est en France et l’État Fédéral de la Sarre en Allemagne. Ces territoires formeront ainsi un élément central de la dorsale européenne de l’hydrogène.

HY4Link est conçu pour relier les industries en France, en Allemagne et au Luxembourg à des hubs d’importation d’hydrogène situés à Anvers, Zeebrugge, Rotterdam et Dunkerque. En outre, le projet favorisera la production locale d’hydrogène renouvelable dans la Grande Région en mettant à disposition les infrastructures de transport nécessaires.

Un maillage qui se raccordera à H2MED

Pour la partie entre la France et le Luxembourg, GRTgaz et Creos Luxembourg étudieront la possibilité de développer un réseau connecté à mosaHYc allant de Bouzonville (France) à Frisange (Luxembourg) dans le sud du Luxembourg via Thionville (France). Cette première liaison entre la France et le Luxembourg sera un point de départ pour la mise en place d’une infrastructure hydrogène dans le sud du Luxembourg. Pour la partie entre la Belgique et le Luxembourg, une connexion sera envisagée en coopération entre Creos Luxembourg et Fluxys hydrogen pour relier le Luxembourg à la dorsale belge via le point frontière Bras (Belgique).

Dans sa deuxième phase, le projet sera complété par la construction d’une canalisation d’hydrogène traversant le Luxembourg vers la France et l’Allemagne, et une connexion de Thionville à Cerville pour se raccorder au corridor H2Med et à un projet de stockage régional.

« HY4Link contribuera au développement d’une économie régionale de l’hydrogène et offrira aux clients industriels locaux un potentiel d’alimentation en hydrogène renouvelable compétitif pour accélérer leur décarbonation », commente Sandrine Meunier, Directrice Générale de GRTGaz.

*Ten-Year Network Development Plan 2024 (TYNDP 2024). Sur 326 projets déposés, 202 concernent le transport d’hydrogène.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

BFC H2 VERT