Hydrogène de France et ABB partent à l’assaut des océans

La société française et le groupe basé en Suisse et en Suède ont signé un protocole d’accord pour développer des piles à combustible à l’échelle du mégawatt et destinées à propulser des navires sur les océans. Elles seront basées sur une technologie de Ballard (avec qui HDF va produire à Bordeaux des PAC sous la marque HDF Industry). ABB, qui est un acteur engagé dans l’électrification, pourra ainsi disposer plus rapidement de piles de forte capacité, indispensables pour les gros bateaux. Le groupe est persuadé que l’hydrogène a un rôle à jouer pour décarboner le transport maritime responsable de 2,5 % des émissions de CO2 dans le monde et qui se fixe un objectif de réduction de 50 % d’ici 2050.

ABB et Hydrogène de France sont dans une logique de partenariat gagnant-gagnant. Le premier n’aura pas à investir dans une usine et le second pourra mieux rentabiliser son outil industriel.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting