Hydrogène : gare à la bulle financière ?

Dans un article assez critique, le site Morningstar s’étonne de la valorisation de certaines sociétés liées à l’hydrogène. Tout le monde a en tête le cas de Nikola Corporation (NKLA), et dont le cours de bourse a flambé de 578 % à Wall Street depuis le début de l’année. Pourtant, la société, qui ne proposera pas de camions avant 2021, devrait supporter près de 230 millions de pertes opérationnelles cette année.

En Europe, des sociétés comme Ceres Power, ITM Power, NEL ASA ou encore le français McPhy Energy* ont vu leur cours de bourse bondir de respectivement 104 %, 277 %, 127 % et 238 %. Et aucune de ces sociétés ne gagnent d’argent, souligne le site.

Morningstar cite par ailleurs un rapport d’analystes d’UBS qui dit en substance : « L’hydrogène a, durant des décennies, été plein de promesses mais n’a guère délivré lorsque l’on regarde son rôle sur les marchés mondiaux de l’énergie ou du transport ».

Pourtant, d’autres analystes se montrent plus optimistes. Par ailleurs, l’hydrogène est également apparu au menu des plans de relance économiques de nombreux pays, comme en Allemagne où la stratégie nationale pour l’hydrogène s’accompagne d’un financement de 9 milliards

Les investisseurs ont sans doute en tête le rapport de l’Hydrogen Council qui prévoit une réduction de 50 % des coûts d’ici 2030 pour un grand nombre d’applications, faisant de l’hydrogène une alternative compétitive face à d’autres carburants alternatifs peu émetteurs de carbone, et, dans certains cas, même face à des énergies conventionnelles.

*Dont la commande de 14 stations en France dans le cadre du projet ZEV a été bien perçue.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting