L’hydrogène s’invite dans les stations électriques offshore

Une filiale des Chantiers de l’Atlantique vient de développer avec l’aide de Powidian une solution pour alimenter à l’hydrogène les équipements d’urgence de ses sous-stations électriques.

Atlantique Offshore Energy annonce l’arrivée de SeeOs+H2. Ce système est basé sur une technologie de piles à combustible adaptée aux contraintes de conception et de fabrication pour ses projets offshore. Il remplace les générateurs de secours diesel et permet de tenir les 18 heures d’autonomie exigées par les normes applicables en cas d’urgence pour les équipements de sécurité, sans aucune émission ni de CO2 ni de NOx. Il intègre son propre électrolyseur et un système complet de contrôle et de supervision.

« Nous sommes ravis de pouvoir contribuer à la décarbonation des opérations de nos clients avec ce type de propositions avant-gardistes » indique Frederic grizaud, Directeur d’Atlantique Offshore Energy. « Ce projet reflète notre capacité à innover et à intégrer des solutions concrètes grâce au retour d’expérience acquis sur les nombreuses sous-stations électriques déjà réalisées avec succès ».

Sur son compte LinkedIn, PowiDian se dit « honoré d’avoir participé au développement des projets offshore des Chantiers de l’Atlantique ».

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting