Hydrogène naturel : le CNRS annonce une découverte dans une mine en Albanie

hydrogène naturel mine albanie

Une équipe scientifique internationale, impliquant des chercheurs de l’Institut des sciences de la Terre*, vient de découvrir dans l’Est de l’Albanie un réservoir d’hydrogène naturel dans les profondeurs d’une mine de chromite. Une découverte qui ouvre de nouvelles perspectives pour l’exploration.

La découverte a fait l’objet d’une publication dans le magazine Science, la bible des chercheurs. Il a été constaté un dégazage d’hydrogène « remarquablement élevé », d’au moins 200 tonnes par an, et constant depuis au moins 6 ans, dans une mine souterraine de chromite (minerai de chrome) en Albanie. Il s’agit du flux naturel d’H2 le plus élevé mesuré à ce jour, rapporte l’équipe du CNRS.

Un site qui va faire avancer la science

Laurent Truche, Professeur à l’Université Grenoble Alpes et membre du laboratoire ISTerre, s’est rendu sur place. Il a pu observer un bassin de drainage transformé en jacuzzi, avec un hydrogène atteignant un niveau de pureté de 84 %.

La combinaison de simulations numériques et d’observations in situ a permis de mettre en évidence l’existence d’un réservoir profond situé dans une zone de faille bien identifiée. Et surtout, la découverte « pose les bases de nouveaux modèles d’exploration de l’hydrogène naturel ». La mine de chrome de Bulqizë constitue ainsi « un outil scientifique clé pour l’étude du système hydrogène et pour comprendre les conditions de formation et d’accumulation de ce gaz ».

Pas d’emballement pour autant

Toutefois, le CNRS fait preuve de prudence. « Il est encore trop tôt pour dire si l’hydrogène naturel prendra une place significative dans notre mix énergétique, ou restera une curiosité de niche », précise le communiqué. On peut lire également que « l’hydrogène naturel n’est pas une ressource renouvelable, dans le sens où les vitesses de production sont bien trop lentes par rapport aux besoins énergétiques mondiaux ». En outre, ces environnements géologiques abritent souvent une biosphère profonde et fragile qui prolifère notamment grâce à la présence d’hydrogène, indique encore l’équipe scientifique.

*ISTerre1 – CNRS/IRD/UGA/Univ. Gustave Eiffel/USMB. Créé en 2011, l’Institut des Sciences de la Terre (ISTerre) réunit environ 280 personnes dont 110 chercheurs et d’enseignants-chercheurs en géologie, géophysique et géochimie de l’académie de Grenoble

Vous voulez en savoir plus sur l’hydrogène naturel ? Alors nos 2 derniers articles sur le sujet devraient vous intéresser. Vous pouvez donc les lire ici et .

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute