HyPorts 2024 : un focus sur le fluvial avec une comparaison entre les Pays-Bas et la France

HyPorts fluvial Pays-bas France
HyPorts 2024 : un focus sur le fluvial avec une comparaison entre les Pays-Bas et la France

A l’occasion de la conférence HyPorts à Toulon, une session organisée par VNF évoquera le déploiement de l’hydrogène dans le transport fluvial. Un thème qui se situe dans l’actualité, avec la nouvelle stratégie fluviale poussée par l’Etat et l’approche des Jeux Olympiques. Il sera aussi question des barges à hydrogène qui commencent à être déployées à Rotterdam.

Le hasard du calendrier fait que deux ministres (Christophe Béchu, ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires et Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports) ont annoncé à la mi-février l’élaboration d’une stratégie nationale fluviale mobilisant l’ensemble de la filière. 7 chantiers prioritaires ont d’ores et déjà été identifiés, dont celui de la transition énergétique pour « l’accroissement de la compétitivité écologique d’un mode déjà vertueux ». Ces travaux se dérouleront tout au long du premier semestre 2024, sous pilotage ministériel, avec l’ensemble des acteurs du secteur.

Par ailleurs, les Jeux Olympiques de Paris devraient être l’occasion de mettre en évidence le transport de passagers avec des bateaux à hydrogène. La Seine va aussi accueillir à terme des bateaux de transport de marchandises.

De l’échange de containers à hydrogène sur des barges à partir de Rotterdam

VNF, Neptech et Sogestran participeront à cette session, le 27 mars, de même qu’Engie. L’énergéticien interviendra pour donner un éclairage sur ce qu’il se passe aux Pays-Bas. Il est impliqué dans le projet Condor H2 qui est piloté par le port de Rotterdam et réunit 40 partenaires*. Ce projet vise à rétrofiter 50 barges à l’hydrogène d’ici 2030. Au lieu d’installer des réservoirs à bord des bateaux, le principe retenu est celui d’une alimentation par des containers remplis d’hydrogène qu’il suffirait de remplacer en arrivant au port. C’est l’équivalent de l’échange de batteries sur des véhicules électriques, appliqué à des barges et avec de l’hydrogène.

Condor H2 se situe dans le cadre du corridor fluvial Rh2ine. L’intérêt vient du fait qu’il y a une grosse demande, dans la mesure où le port de Rotterdam est saturé de camions. Le report fluvial en mode zéro émission est donc une option crédible. D’autre part, la production en hydrogène est assurée par la présence d’acteurs clés aux Pays-Bas, comme Engie justement, mais aussi Gasunie qui est en train de déployer des pipelines.

La session permettra d’expliquer pourquoi le transport fluvial se développe plus vite en Europe du Nord et d’en tirer des enseignements.

*Dont Air Products, Ballard, ENGIE, INEOS, Linde, Shell, les ports de Rotterdam, Anvers-Bruges et Duisbourg, et quelques acteurs de la logistique et du transport fluvial.

Vous pouvez retrouver les dates de HyPorts ainsi que de tous les autres événements de 2024 dans notre onglet calendrier

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde