Injection d’hydrogène dans le réseau de gaz : la CRE valide des projets

La Commission de régulation de l’Energie (CRE*) a publié le 11 mars une délibération sur les dossiers retenus dans le cadre du premier guichet du dispositif d’expérimentation réglementaire prévu par la loi relative à l’énergie et au climat. Sur un total de 41 dossiers, 19 dossiers ont été retenus et 9 ont fait l’objet d’une analyse approfondie par la CRE, qui est compétente pour fixer « les conditions de raccordement aux réseaux de transport et de distribution de gaz naturel ». Ils concernent majoritairement de l’injection d’hydrogène dans le réseau de gaz.

Voici les projets en question qui ont reçu des autorisations de dérogation :

-Hymoov

La société* souhaite mener 2 projets : un projet visant à valoriser des déchets de bois par la production de biogaz par pyrogazéification et un projet visant à valoriser le CO2 du méthaniseur en le combinant à de l’hydrogène produit sur le site par méthanation pour produire du gaz de synthèse.

*Start-up basée à Montoir-de-Bretagne (44). Elle a été créée par le groupe nazairien de logistique Idea et le spécialiste nantais de l’énergie Iremia.

-SAS GDL

La société souhaite développer un site de production de gaz via une technologie innovante de gazéification, dont les intrants sont issus de la production agricole locale. Le gaz ainsi produit serait composé majoritairement de méthane de synthèse et marginalement d’hydrogène. Le méthane de synthèse produit serait injecté sur le réseau public de distribution exploité par GRDF.

-Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées

La Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées souhaite développer un projet visant à valoriser le CO2 (produit par une installation de méthanisation) en le combinant à de l’hydrogène (produit par l’électrolyse de l’eau) par méthanation pour produire du gaz. Le gaz ainsi produit serait composé majoritairement de méthane de synthèse et marginalement d’hydrogène. Le méthane de synthèse produit serait injecté sur le réseau public de distribution exploité par GRDF.

-Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine

Les boues produites par la station d’épuration de Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine sont digérées dans un méthaniseur et permettent ainsi la production de biogaz (biométhane) et de CO2. Le biométhane est injecté dans le réseau public de distribution de gaz. Le projet consiste à valoriser le CO2 en le couplant avec de l’hydrogène pour produire du méthane de synthèse qui serait également injecté dans le réseau de GRDF, en mutualisant les installations.

-Storengy SAS

La filiale d’ENGIE a été retenue pour deux projets : Méthycentre (en Touraine) et Hycaunais (Yonne). Dans les deux cas, ils consistent à produire du méthane de synthèse par méthanation à partir d’hydrogène (produit par électrolyse) et du CO2 issu d’un méthaniseur. Le méthane de synthèse produit serait injecté sur le réseau public de distribution exploité par GRDF.

-Energo

Le projet porté par la société Energo SAS consiste à produire du méthane de synthèse par méthanation à partir d’hydrogène (produit par électrolyse) et du CO2 issu d’un méthaniseur. Elle souhaite tester la viabilité de sa technologie dans un environnement réel. Le méthane de synthèse produit serait injecté sur le réseau public de distribution exploité par GRDF.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting