La première expérience en France de train à hydrogène se déroulera entre Tours et Loches

En Touraine, on a coutume de dire « on n’est pas arrivé à Loches » quand un trajet devient compliqué. Eh bien justement si : le train à hydrogène, lui, va arriver à Loches. Plus précisément, le train léger d’Alstom va circuler à titre expérimental entre Tours et Loches cet automne. C’est la mesure 19 de la feuille de route sur l’hydrogène (qui en compte 26) qui a été présentée et votée le 18 février au conseil régional à Orléans.

Lors d’une visioconférence, organisée au lendemain de ce vote, et en présence des acteurs locaux concernés par la feuille de route, la vice-présidente en charge de la recherche, Anne Besnier, a précisé que les résultats de cette expérimentation seraient partagés avec les autres régions qui désirent acquérir un tel train. Le Centre Val de Loire travaille en étroite collaboration avec Alstom sur ce test, dont la date n’est pas encore arrêtée. La ligne en question fait 42 km et dessert 11 gares.

C’est une belle performance, car plusieurs se territoires cherchent à avoir la primeur de ce train H2, en particulier la Bourgogne Franche-Comté (les trains à hydrogène d’Alstom ont été développés en partenariat avec l’UTBM de Belfort-Montbéliard, là où se trouve le site historique du constructeur ferroviaire, par ailleurs le site de Belfort devrait se voir confier la fabrication de la future locomotive pour fret à hydrogène d’Alstom) et l’Occitanie (c’est à Séméac, près de Tarbes, qu’Alstom a développé l’équipement de traction des trains à hydrogène Coradia). La rame qui circulera en Touraine sera celle qui a été testée aux Pays-Bas et en premier lieu en Allemagne.

Le Centre Val de Loire espère que le train léger à hydrogène permettra de valider un « nouveau modèle pour la desserte fine des territoires ». Précisons que lors de la séance du conseil régional, le 18 février, les élus ont voté également une convention de financement pour les travaux de régénération de la ligne Tours-Loches. Ceux-ci seront engagés après l’expérimentation du train d’Alstom pour un montant de 36 millions d’euros.

 

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting