Le bonus écologique revu à la baisse… mais l’hydrogène s’en tire pas si mal

Selon l’AFP, le montant du bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique sera revu à la baisse en 2021 et 2022, en passant de 6 000 à 5 000, puis à 4 000 euros. Le ministère de la Transition écologique et solidaire justifie cette décision par la prise en compte de la baisse des prix de ce type de véhicules. Une baisse qui sera « accélérée par les nouvelles normes européennes sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

Le tour de vis va commencer en fait dès 2020. Ainsi, les véhicules dont le prix est compris entre 45 000 et 60 000 euros se verront en effet attribuer un bonus réduit à 3 000 euros, afin d’éviter « les effets d’aubaine ». Et au-delà d’un prix de 60 000 euros, les véhicules ne seront plus éligibles au bonus, à l’exception des véhicules utilitaires légers et des véhicules à hydrogène. Ces derniers (VUL à prolongateur d’autonomie et berlines H2) continueront d’avoir une prime à l’achat alors que les modèles à batterie de Tesla, Audi, Jaguar ou Mercedes par exemple n’y auront plus droit.

Par ailleurs, le gouvernement a également décidé de distinguer les personnes physiques et morales dans l’attribution du dispositif « en raison des avantages fiscaux à destination des véhicules électriques dont disposent les entreprises ». Ces dernières « sont en effet exonérées de taxe sur les véhicules de société pour les véhicules électriques possédés », précise le ministère. Le bonus sera ramené à 3 000 euros pour les personnes morales en 2020, à 2 000 euros en 2021 puis à 1 000 euros en 2022. Dans la mesure où les véhicules à hydrogène sont plutôt achetés par des entreprises et des collectivités que par des particuliers, ce n’est pas un signal très favorable pour la filière.

Toujours selon l’AFP, le gouvernement a décidé de maintenir l’enveloppe budgétaire du bonus en 2021 (400 millions d’euros) pour soutenir plus de 130 000 véhicules. Pour l’année 2022, elle passera à environ 340 millions d’euros pour soutenir plus de 160 000 véhicules. Le ministère rappelle au passage que près de 40 000 véhicules électriques ont bénéficié du bonus en 2018 et 50 000 en 2019.

« Le décollage du véhicule électrique est compromis » a déclaré Luc Chatel, le Président de la PFA (Plateforme de la Filière Automobile).

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting