Le camion H2 accélère (encore plus)

Vous avez peut-être entendu parler, via Hydrogen Europe, d’une coalition de 62 partenaires* pour accélérer l’utilisation de l’hydrogène dans la mobilité lourde. Elle regroupe des constructeurs (Daimler, CNH/Iveco, Hyundai…), des fournisseurs (Ballard, Symbio, Faurecia…), des spécialistes de l’infrastructure (Air Liquide, Engie, McPhy, Nel…), des flottes (Asko, DB Schenker..) et des associations. La coalition a pour objectif de déployer 100 000 camions H2 et 1 500 stations en 2030, avec une étape intermédiaire de 5 à 10 000 camions et 100 stations en 2025.

Eh bien, en voici une autre. Et elle est complémentaire. Sous le nom H2 Accelerate, Daimler truck, Volvo, Iveco (membre de CNH Industrial et partenaire de Nikola Motor), OMV et Shell ont décidé de travailler ensemble pour déployer la mobilité hydrogène dans le poids-lourd. Ces entreprises appellent donc à des investissements croisés, dans les 10 ans à venir, afin d’obtenir plus rapidement une infrastructure (pour de l’hydrogène gazeux et liquide). Le plan de marche consiste à créer des clusters régionaux et des corridors.

Dans la phase 1, jusqu’en 2025, il y aurait 100 camions et 20 stations. Par la suite, l’objectif est de monter jusqu’à 10 000 camions et de pouvoir ravitailler le long des grands axes de circulation.

Il reste maintenant à convaincre les pouvoirs publics et à trouver des financements.

*On remarque dans la liste des signataires des noms d’industriels en provenance de l’automobile comme Honda et Toyota (en tant que constructeur et fournisseur de piles). Il y a aussi des nouveaux venus comme Hyzon et même le fabricant d’autocars néerlandais VDL (qui est par ailleurs un sous-traitant automobile). Les français sont bien représentés parmi les signataires avec GreenGT, Hynamics, Michelin, Plastic Omnium, ou encore Total (en plus de ceux précédemment cités).

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde