Le CNRS lance sa fédération de recherche sur l’hydrogène

Créée en janvier 2020, la Fédération hydrogène du CNRS a été officiellement été lancée cette semaine au cours d’un événement en ligne. Cette fédération regroupe plus de 270 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs qui travaillent au sein de 28 laboratoires engagés activement dans le domaine de l’hydrogène. La mission de la Fédération de Recherche est d’unir et de coordonner les efforts de ses équipes pour la production d’hydrogène économe en CO2, sa purification et son stockage, et de progresser dans la conception de systèmes complets allant de la production à l’utilisation de ce gaz via les Piles à Combustible.

Pour cela, la FRH2 s’appuie sur des laboratoires et des plateformes reconnus dans la chimie des matériaux, la chimie-physique, la chimie de coordination, la catalyse, l’électrochimie, la thermique, la fluidique, les procédés de transformation, la gestion de l’énergie, les systèmes énergétiques pour le transport et le stationnaire. La direction de la Fédération est assurée par Olivier Joubert (prof. Univ. Nantes, directeur) et Daniel Hissel (Prof. Univ. Franche-Comté, directeur adjoint).

« Pendant 20 ans, le CNRS a structuré la recherche dans ce secteur en France via un club réunissant les principaux acteurs. Mais voyant l’engouement autour de l’hydrogène, le CNRS s’est dit qu’il lui fallait améliorer sa propre visibilité », commente M. Joubert.

Le CNRS est associé au développement de la filière : le gouvernement lui a confié, en partenariat avec le CEA, le pilotage scientifique du Programme et équipement prioritaire de la recherche (PEPR) dédié à l’hydrogène décarboné. Ce projet est doté d’une enveloppe de 80 millions d’euros sur 7 à 8 ans.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting