Le cours de McPhy dopé par le décollage de l’hydrogène

Alors que l’on parle de plus en plus de projets liés à l’hydrogène décarboné, la PME de la Drôme voit son cours en bourse remonter. Elle a franchi le seuil des 100 millions d’euros de valorisation boursière.

Il y a quelques jours, l’analyste de Bryan Garnier, Xavier Regnard, publiait une note intitulée « Il est temps que l’hydrogène réalise son potentiel ». Et il la concluait ainsi: « McPhy se dirige vers un avenir brillant mais, jusqu’à présent, le marché est complètement passé à côté de son potentiel et le titre McPhy est à la traîne par rapport à ses pairs », comme le norvégien NEL et le britannique ITM Power notamment, valorisés chacun plus d’un milliard d’euros. « Nous attendons un fort réajustement du cours du titre McPhy et commençons la couverture avec un objectif à 7,5 euros », ce qui laissait alors entrevoir un potentiel de hausse de 80 %. « Depuis des décennies, l’hydrogène sans carbone a été identifié comme un potentiel « game changer » pour de multiples secteurs, notamment le transport. Malgré des avantages évidents, ce potentiel est resté largement inexploité. Jusqu’à aujourd’hui » annonce Xavier Regnard. L’analyste de Bryan Garnier juge en effet que « l’hydrogène sans carbone est en train de prendre un virage, passant de petites de applications pilotes à l’échelle commerciale ».

Un autre analyste, Nicolas Royot de Portzamparc, juge également que « les plans de relance, nationaux et européens, devraient mettre les énergies vertes au cœur des investissements » et que « l’hydrogène devrait en profiter ».

L’entreprise doit procéder à la publication des résultats du premier semestre 2020, le 28 juillet.

Source BFM Bourse

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting