Le Grand Sud prêt à basculer dans l’hydrogène

Ce matin, lors de l’inauguration des Journées Hydrogène dans les Territoires à Marseille, le président de la région, Renaud Muselier, a parlé de ses ambitions en matière de développement durable. Quelque 500 millions d’euros vont être consacrés dans un programme qui a pour nom « une COP d’avance ». Celui-ci comprend une centaine de mesures, dont certaines concernant la mobilité.

L’hydrogène fait partie des leviers identifiés par la région pour décarboner le transport. Renaud Muselier a annoncé qu’il allait lancer un plan zéro émission qui consiste à implanter des stations de remplissage d’hydrogène, en plus de bornes électriques. Il a expliqué que chaque énergie correspondait à un usage et qu’il fallait laisser le libre choix aux français.

Un peu avant lui, Martine Vassal, Présidente du département des Bouches-du-Rhône, et Présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence, avait annoncé qu’elle était prête à tester des bus à hydrogène, des bennes à ordures ménagères H2 et des navettes maritimes alimentées par pile à combustible. Et ce, même si le territoire met plus l’accent en ce moment sur l’électrique à batterie.

Pour l’anecdote, Martine Vassal, qui a conduit la Toyota Mirai, a proposé à Renaud Muselier de le raccompagner avec ce véhicule à hydrogène.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting