Les voitures thermiques pourraient devenir minoritaires d’ici à 2028 en Allemagne

Selon une étude réalisée par le cabinet conseil Deloitte, les voitures à moteurs à combustion devraient représenter 93 % du marché allemand total en 2018, tandis que les modèles électriques à batteries représenteront une part de marché de 2 %, les modèles hybrides rechargeables 3 % et les modèles électriques avec prolongateur d’autonomie 2 %.

Cependant, les véhicules thermiques pourraient devenir minoritaires dans à peine plus de dix ans.

Pour Deloitte, sur la période 2018-2030, la croissance de la part de marché des véhicules verts se fera au détriment des modèles conventionnels (essence et diesel). Ils représenteront plus d’un quart du marché automobile allemand en 2024, une année qui coïncide également avec l’apparition des modèles à piles à combustible sur le marché de masse. Deux ans plus tard, les voitures électriques représenteront à elles seules plus d’un quart du marché allemand des voitures particulières (26 %). Le renversement de la tendance devrait être observé en 2028, date à laquelle les voitures conventionnelles devraient devenir minoritaires, avec une part de marché de seulement 25%, contre 44 % pour les voitures 100 % électrique, 13 % pour les hybrides rechargeables, 14 % pour les modèles électriques avec prolongateurs d’autonomie et 4 % pour les voitures à piles à combustible. Enfin, l’étude estime que les voitures dotées de moteurs à combustion seront très largement minoritaires (avec seulement 2 % du marché, soit quelque 70 000 unités) en 2030.

A cette date, les voitures électriques s’octroieront une part de marché de 60 %, tandis que les hybrides rechargeables, les modèles électriques avec prolongateurs d’autonomie et les modèles à piles à combustible représenteront respectivement 15, 15 et 8 % du marché. Le cabinet Deloitte mise ainsi sur une croissance moins forte pour les voitures hybrides rechargeables et électriques avec prolongateurs d’autonomie que pour les modèles 100 % électrique. Les analystes les considèrent comme des technologies de transition.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Share on twitter
Share on linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting