L’hydrogène décarboné au service des industriels avec Bulane

L'hydrogène décarboné Bulane

Parmi les énergies alternatives qui seront mises en avant à l’occasion de la COP21, il faudra compter avec l’hydrogène décarboné de Bulane. Ce vecteur d’énergie est déjà présent dans des applications industrielles, et sous une forme décarbonée.

Lancée en 2009, l’entreprise Bulane est à l’origine d’une flamme industrielle de nouvelle génération, propre et performante, créée à partir d’eau et d’électricité. Grâce à une technologie inédite, brevetée et développée en collaboration avec le CNRS, la firme montpelliéraine permet de produire sur site, sans stockage et en temps réel, un «gaz combustible zéro carbone» (constitué d’hydrogène et d’oxygène), brûlant à très haute température (2500°C).

L’hydrogène est produit par électrolyse de l’eau.

Grâce à ce procédé, les professionnels pratiquant le brasage au gaz disposent d’une éco-technologie (réduisant de 92 % l’impact environnemental), qui permet par ailleurs un suivi précis et centralisé des données de production (par smart data).

La technologie dyomix de Bulane est utilisée par de grands noms de l’industrie comme De Dietrich, Carrier, Bonnet Neve, Lennox, ou encore le Groupe Atlantic.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute