L’hydrogène est bien la prochaine vague en Chine

Si, depuis un certain temps, des signaux sont envoyés en faveur du secteur de l’hydrogène, le doute n’est désormais plus permis. Dans une interview, celui qui a inspiré le virage de la Chine vers la mobilité électrique, Wang Gang, déclare que « l’hydrogène est le futur ». Cet ancien ingénieur, qui a été ministre de la science, estime qu’il faut miser sur cette technologie et construire une société de l’hydrogène. La Chine ne met pas pour autant à l’écart la voiture électrique. L’avis de Wan Gang est que le VE à batterie a sa place en ville, mais qu’il faut plutôt une pile à combustible pour des véhicules lourds comme les bus et les camions, qui doivent par ailleurs pouvoir refaire le plein très rapidement.

L’Empire du milieu a les moyens de développer la filière. D’ores et déjà, des tests sont financés pour mettre en place des écosystèmes avec la production et la distribution d’hydrogène. Après la batterie, un domaine qu’elle continue de dominer très largement, la Chine pourrait très bien faire baisser le prix de la pile à combustible et lancer véritablement le marché.  D’ailleurs, suite à l’annonce de Wan Gang, l’action des sociétés spécialisées (Jiangsu Huachang Chemical, Shanghai Tongji Science & Technology Industrial, Lanzhou Great Wall Electrical) a augmenté. C’est le signe que le gouvernement mettra les moyens pour concrétiser cette vision.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting