L’hydrogène mieux qualifié pour la voiture autonome ?

En marge d’une présentation à New York, où il annonçait un partenariat avec l’équipementier américain Aptiv, avec qui il souhaite développer des véhicules autonomes de série, dès 2024, le vice-président du groupe automobile coréen, Chun Eiu-sun, a fait mention de l’hydrogène. Il a souligné que c’était une énergie plus appropriée pour ce type de mobilité. La pile à combustible a une autonomie supérieure à celle des véhicules électriques à batterie, a expliqué le dirigeant.

La marque avait d’ailleurs concrétisé cette vision en 2018, au CES de Las Vegas, en présentant une version autonome de la Nexo. Ce même prototype avait d’ailleurs roulé sur autoroute en Corée du Sud.

Hyundai a été pionnier dans l’hydrogène et il prévoit d’implanter deux usines pour fabriquer 500 000 véhicules par an à l’hydrogène à l’horizon 2030. D’ici à peine 5 ans, des véhicules à pile à combustible pourraient donc être aussi autonomes (au moins à un niveau 4).

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

MasterClass H2 Toulouse