Lille veut se doter de 42 bus à hydrogène

La métropole du Nord s’inspire de Dijon. A partir de déchets, elle veut produire de l’hydrogène et alimenter ainsi des bus et des bennes à ordures ménagères.

Et pour mettre à bien ce projet, la Métropole Européenne de Lille (MEL) a entériné en partenariat avec ENGIE la création de la société Hyléos. A partir de l’électricité issue des déchets au Centre de Valorisation Énergétique (CVE) d’Halluin, elle produira de l’hydrogène renouvelable qui permettra d’alimenter notamment 42 bus et cinq bennes à ordures ménagères. L’horizon visé est 2024.

La station de production et distribution sera située à Sequedin et Lomme, à proximité immédiate du dépôt bus et de l’annexe de collecte des bennes à ordures ménagères où seront affectés les véhicules hydrogène. Le coût estimé de l’infrastructure est de 12,5 millions d’euros. Dans le cadre de l’appel à projets « écosystèmes territoriaux » mené par l’ADEME, une aide à l’investissement a été sollicitée. La métropole va se tourner aussi vers la Banque des Territoires. Le projet inclut également l’achat par la MEL des véhicules dont les mises en service seront échelonnées progressivement jusqu’à deux ans après la mise en service de la station.

La mise en place de cet écosystème hydrogène s’inscrit pleinement dans le cadre de l’ambition du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) métropolitain adopté en février 2021 visant à accélérer la transition énergétique pour une Métropole neutre en carbone d’ici 2050. Sur le territoire métropolitain, les 450 bus dont la MEL est propriétaire disposent déjà d’une motorisation au gaz naturel renouvelable.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting