L’institut Fraunhofer développe des nouveaux coeurs pour les piles à combustible

Des chercheurs de l’institut Fraunhofer* développent une technologie qui permettrait d’accélérer et de rentabiliser la fabrication de piles à combustible. Ils se concentrent sur le coeur : là où l’énergie est produite dans un certain nombre de cellules, empilées et composées de plaques bipolaires et de membranes électrolytiques. Leur idée est de remplacer les plaques bipolaires en graphite classiques par de minces feuilles métalliques, pour réduire les coûts à grande échelle.

En parallèle, grâce à une intelligence artificielle, ils tentent d’améliorer la capacité des piles à s’adapter à l’environnement et à la situation de conduite, ce qui permettrait d’économiser l’hydrogène. Aujourd’hui, les coeurs de pile ont un mode de fonctionnement prédéterminé qui ne tient pas compte du profil de la route (plaine, montagne) et de la météo.

Les chercheurs présenteront leurs recherches à la foire de Hanovre, en avril prochain. Leur technologie sera présentée à bord de la Silberhummel, une voiture de course qui date des années 40 et qui a été conçue par Auto Union (aujourd’hui Audi).

*A travers la branche IWU (Institute for Machine Tools and Forming Technology)

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting