Macron veut accélérer sur l’hydrogène, vert comme blanc

Macron hydrogène Toulouse
Macron veut accélérer sur l’hydrogène, vert comme blanc

De passage à Toulouse pour célébrer les 2 ans de France 2030, le chef de l’Etat a mis en avant l’hydrogène. Il l’a évoqué, à la fois pour la production par électrolyse, mais aussi sous forme d’hydrogène naturel qui fera l’objet d’investissements massifs.

Le Président a d’abord remercié le PDG d’Airbus, Guillaume Faury, et a expliqué qu’il y a une logique pour aller de l’électrique à l’hydrogène, en passant par l’hybride. Il a aussi évoqué les carburants de synthèse. Le chef de l’Etat a ensuite évoqué la concurrence internationale (Chine, USA où tout va plus vite et plus fort), avant d’évoquer les atouts de la France. Il a ainsi mis en avant la sobriété énergétique, les énergies renouvelables, et bien sûr le nucléaire.

Se félicitant d’avoir obtenu une reconnaissance du nucléaire pour la production d’hydrogène bas carbone, Emmanuel Macron est persuadé que l’hexagone peut devenir un leader européen. « Aucun pays ne peut faire aussi bien que nous, car nous avons à la fois les renouvelables et le nucléaire », a martelé le Président. La France peut devenir, selon lui, une plaque tournante du transport de l’hydrogène. Mais il a mis l’accent sur la production, grâce à des électrolyseurs qui sont produits sur le sol national, grâce à des giga factories. M. Macron a notamment fait référence à Genvia, qu’il avait été visiter en Occitanie.

Un appel en faveur de l’hydrogène blanc

« Il y a une vraie filière de l’hydrogène, avec des champions », a souligné le chef de l’Etat. « Alors qu’on fait voler nos avions avec des carburants qui polluent et qu’on importe, on a la capacité de faire voler des avions avec un hydrogène qu’on pourra produire sur notre sol. Cela permet de cumuler la souveraineté, le climat et l’emploi dans l’industrie ».

Emmanuel Macron a ensuite invité les industriels à explorer le potentiel de l’hydrogène blanc, autrement dit l’hydrogène naturel, connu depuis les années 80. Le Président a rappelé qu’un premier permis avait été accordé pour faire des recherches dans les Pyrénées-Atlantiques. « Il y a un intérêt croissant pour l’hydrogène qui permet de décarboner l’industrie et les transports », a dit M. Macron, qui promet des investissements massifs pour la recherche avec France 2030. « Il nous faut franchir un cap dans la disponibilité de l’hydrogène », et donc cartographier et investir dans des techniques d’extraction respectueuses de l’environnement », a dit le chef de l’Etat, en citant les Pyrénées-Atlantiques, mais aussi la Lorraine.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène