McPhy valide son projet de giga factory à Belfort

Le groupe va produire à partir de 2024 des électrolyseurs de nouvelle génération dans le cadre d’une giga factory retenue au titre des IPCEI. Ce feu vert intervient à quelques jours du forum Hydrogen Business for climate qui se tient dans la région.

Ce n’était qu’une formalité, mais il fallait attendre la décision finale d’investissement, qui a été prise par le Conseil d’administration. Le groupe a contractualisé avec Bpifrance, l’aide publique promise par l’Etat français au titre du PIIEC (projet important d’intérêt européen commun) Hy2tech. Elle se traduit par un premier versement de 28,5 millions d’euros, sur un montant total de 114 millions d’euros.

L’activité de cette « gigafactory » spécialisée dans la production d’électrolyseurs (qui servent à obtenir de l’hydrogène vert à partir de l’électrolyse de l’eau) débutera en 2024. À terme, ce sont 450 nouveaux emplois créés dans le Grand Belfort pour la filière hydrogène.

« Nous disposerons bientôt d’un dispositif industriel capable de produire en série une large gamme électrolyseurs à l’échelle continentale sans équivalent chez les autres acteurs de l’électrolyse décarbonée en Europe », commente Jean-Baptiste Lucas, Directeur Général de McPhy.

« C’est un projet enthousiasmant pour toutes les équipes McPhy, avec 20 000 m2 dédiés à la fabrication et au test d’électrolyseurs multi-MW. Notre volonté est de mettre en œuvre sur ce site belfortain les plus hauts standards de performance industrielle, dans une démarche sociale et environnementale ambitieuse », précise Antoine Ressicaud, Directeur des Opérations de l’entreprise.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting