McPhy poursuit sa feuille de route

Si le chiffre d’affaires de 2021 est en léger recul par rapport à 2020 (13,1 millions contre 13,7), le groupe a engrangé plus de commandes et se montre confiant pour la suite.

McPhy met en avant le contexte sanitaire mondial ainsi que l’attentisme de certains acteurs dépendant de mécanismes de financements publics. Par ailleurs, la PME de la Drôme prévoit une perte d’exploitation de 25 millions, en raison des dépenses de passage à l’échelle et de la fuite sur un site en Allemagne. Le chiffre d’affaires est composé à 55% par la fourniture d’électrolyseurs (39% pour les électrolyseurs de grande capacité McLyzer et 16% pour la gamme Piel) et à 45% par les stations hydrogène McFilling.

Au second semestre, le groupe a conclu des accords avec plusieurs clients. Il est impliqué notamment dans le projet R-Hynoca d’Haffner Energy qui vise à implanter la première station hydrogène à Strasbourg. McPhy fournira une station de recharge double pression 350-750 bar dotée d’une capacité de distribution de 700 kg par jour, et un point de recharge pour bouteilles hydrogène sous pression. Il fait aussi partie du projet de la Centrale Électrique de l’Ouest Guyanais, qui sera la plus grande centrale électrique au monde combinant l’énergie photovoltaïque et un stockage massif de 128 MWh, principalement sous forme d’hydrogène. Le groupe fournira l’électrolyseur grande puissance Augmented McLyzer 16 MW qui produira de l’hydrogène renouvelable à partir d’eau et d’électricité verte produite par le parc photovoltaïque. Il y a eu aussi une commande pour la fourniture d’une station hydrogène grande capacité dans l’ouest de la France pour un client qui reste encore confidentiel.

De plus, McPhy a été identifié comme partenaire privilégié dans différents projets. Avec Enel Green Power, un protocole d’accord a été signé pour la fourniture d’un électrolyseur alcalin pressurisé de 4 MW qui serait connecté à un parc d’énergie renouvelable à Carlentini, en Sicile. La société a été retenue comme fournisseur privilégié pour équiper, à Sines au Portugal, le projet GreenH2Atlantic d’une plateforme d’électrolyse de 100 MW. Et puis, il y a eu aussi la signature d’un partenariat stratégique avec Hype dont la première tranche ( fourniture d’un électrolyseur alcalin de 2 à 4 MW et une station 800 kg / jour) pourrait se matérialiser au premier trimestre.

En tout, les commandes s’élèvaient à 20 M€ au 31 décembre 2021, en progression de + 30 % en comparaison de 2020. A ce jour, l’ensemble des contrats porte sur 191 MW et 95 stations.

« Le plan de recrutement visant à accompagner la montée en puissance du Groupe a été réalisé, avec près de 50 embauches sur l’année, commente Jean-Baptiste Lucas, Directeur Général de McPhy. « Nous nous fixons pour objectif de recruter plus de 60 nouveaux collaborateurs en 2022, capitalisant sur notre attractivité pour sécuriser les compétences qui nous permettront de nous imposer comme un leader de la filière hydrogène », conclut-il.

L’année se présente bien, puisqu’Emmanuel Macron a annoncé en février un soutien de l’Etat à hauteur de 114 millions d’euros pour la giga factory d’électrolyseurs de Belfort. Une aide qui va permettre de concrétiser ce projet.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting