Metz va passer au bus à hydrogène

Metz va passer au bus à hydrogène

Metz Métropole a dévoilé la semaine dernière les détails de son projet de 3ème ligne de bus à hydrogène à haut-niveau de service. Le parcours fera en tout 10 km pour relier en 2025 le centre-ville de Metz aux communes de Marly et Montigny-lès-Metz, au sud de l’agglomération. L’investissement sera de 65 millions d’euros.

Les futurs bus alterneront entre site propre, voie unidirectionnelle réservée et insertion dans le trafic routier. Mais surtout, ils fonctionneront à l’hydrogène. Parallèlement aux 32 millions d’euros d’investissement en infrastructures, la collectivité territoriale va mobiliser 21 millions d’euros pour l’acquisition de rames à pile à combustible. « Cette troisième ligne permet d’atteindre une taille critique justifiant l’installation d’un centre de production d’hydrogène », a déclaré François Grosdidier, le Président de la métropole.

Metz Métropole table sur un cofinancement de 10 millions d’euros dans le cadre du quatrième appel à projets « Transports collectifs en site propre » lancé par l’Etat et d’un appel à projets de l’Ademe pour le développement de la filière hydrogène. L’idée est de mettre en place un écosystème et d’alimenter avec de l’énergie produite localement des bus et même des bennes à ordures ménagères.

En mars dernier, un bus H2 développé par Van Hool avait sillonné la ville pour une démonstration auprès des élus et des habitants.

Vous voulez en savoir plus sur les bus et autocars à hydrogène ? Alors nos derniers articles sur le sujet devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur les bus et autocars ici.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Advert here 2