Mike Horn se lance dans la mobilité hydrogène

Sous le nom Inocel, l’aventurier lance une structure qui vise à proposer des solutions hydrogène clés en mains pour la mobilité terrestre et maritime.

Un nouvel acteur de la pile à combustible de haute puissance et à haute performance est né. Il a pour nom Inocel et il est basé à Grenoble. Dans le sillage de Mike Horn, qui s’était impliqué dans un projet (Gen-Z) avec le CEA pour développer un buggy à hydrogène en vue du Dakar, une société a été cofondée avec Mauro Ricci, le créateur du groupe Akka Technologies (un acteur réputé de l’ingénierie dans les transports). Toujours en lien avec la technologie du CEA, l’idée est de développer des piles à basse température innovantes, mais aussi des solutions complètes dans l’hydrogène.

Inocel cible la mobilité terrestre (compétition automobile, camions) et maritime. Dans un second temps, il y aura aussi des groupes électrogènes pour des applications stationnaires.

Tous les détails seront présentés lors du salon Hyvolution, la semaine prochaine à Paris. Mike Horn et des membres d’Inocel participeront d’ailleurs à une conférence, le 12 mai, sur le plateau TV.

La start-up Inocel est le résultat d’une ambition et de la rencontre des mondes de la recherche, de l’industrie, de l’ingénierie et de l’exploration. Son ambition est d’employer une centaine de personnes dès 2023 et de répondre à des demandes de grande série.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting