Mobilité hydrogène : il faut soutenir la demande

Mobilité hydrogène
Mobilité hydrogène : il faut soutenir la demande

Lors de la conférence annuelle de France Hydrogène, une table ronde a permis d’évoquer les conditions du passage à l’échelle. Pour la mobilité, il faut agir aussi sur la demande. 

Ce thème a été traité par Jean Luc Brossard, Président du CCFA et expert du véhicule bas carbone à la PFA. Il a expliqué que les cas d’usage concernent les flottes captives avec les taxis, les utilitaires et les bus. À plus long terme, le camion à hydrogène pourra répondre aux besoins du transport longue distance. Mais dès aujourd’hui, des taxis sont immatriculés au sein des flottes Hype et Hysetco

Un écosystème français de la mobilité hydrogène 

S’agissant des utilitaires, il se trouve que les deux constructeurs français sont présents sur ce segment, avec Renault (Hyvia) et Stellantis. Ces véhicules sont produits en France. Il y a tout un écosystème dans l’hexagone au niveau des piles avec Symbio et des réservoirs avec Forvia et Plastic Omnium

Une aide comme pour la batterie

« Mais, pour passer à l’échelle, il faut une aide publique » estime M. Brossard. Selon lui, le gouvernement devrait aider le véhicule à l’hydrogène comme il l’a fait à partir de 2010 pour le véhicule à batterie. « Il faudra au moins 5 ans pour arriver à être compétitif », a souligné l’expert de la PFA. Et de poursuivre : « c’est important de soutenir cet écosystème français de l’hydrogène, car il crée des emplois alors que la transition vers la mobilité électrique à batterie risque d’en faire perdre ». 

Des stations pour rassurer 

Pour Jean Luc Brossard, il est important de jouer sur les volumes. Mais il est important aussi qu’il y ait une visibilité sur le prix de l’hydrogène avec un bouclier tarifaire. Il se pose aussi la question des stations. « C’est une question de volonté », a insisté l’expert de la PFA. Et cela permettra de rassurer les clients ». La directive AFIR va jouer un rôle, avec des stations tous les 200 km. Idéalement, il faudrait entre 400 et 1000 stations d’ici la fin de la décennie.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute