Des nouvelles de NamX et de son SUV hydrogène à Vivatech

Namx SUV hydrogène VivaTech
Des nouvelles de NamX et de son SUV hydrogène à Vivatech

La start-up expose son SUV à hydrogène au salon de la technologie. Situé en face de la Formule E de DS Automobiles, elle attire les regards, ainsi que ses cartouches d’hydrogène.

En octobre 2022, Namx se trouvait déjà à la porte de Versailles pour le Mondial de l’Automobile pour présenter son SUV à l’hydrogène. À l’époque, la jeune pousse fondée par Faouzi Annajah avait fait le choix de la pile à combustible. Un an et demi plus tard, c’est finalement un V8 qui se trouve sous le capot. NamX a en effet choisi de privilégier le moteur à combustion, en partenariat avec Solution F (groupe GCK). Ce qui a nécessité de revoir l’arrière de la voiture pour y intégrer une ligne d’échappement. Le moteur n’est pas visible sur le salon, mais des tests sont bien prévus. L’entreprise dit être à fond sur 2025, qui sera une année décisive.

À cette échéance, NamX sera en situation de présenter une voiture roulante et avec son nouvel intérieur. En attendant, c’est en statique que l’on peut (re)découvrir le véhicule, dans sa nouvelle livrée verte.

Sur un plan technique, la start-up travaille avec Magna au niveau de l’ingénierie. On peut voir aussi sur VivaTech un réservoir fourni par Raigi. En parallèle du stockage classique d’hydrogène, NamX continue de mettre en avant ses cartouches d’hydrogène, qui sont au nombre de 6 à l’arrière du véhicule. L’autonomie revendiquée au total est de 800 km.

En bons termes avec le Maroc et son écosystème hydrogène, NamX prépare actuellement une levée de fonds. L’objectif reste 2027 pour la commercialisation de son SUV à l’hydrogène.

Vous voulez en savoir plus sur NamX et son SUV hydrogène exposé à VivaTech ? Alors nos autres articles sur NamX devraient vous intéresser.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde