NepTech va livrer deux bus de mer « Hydrogen ready » pour les Sables d’Olonne

Neptech Sables Olonne
NepTech va livrer deux bus de mer « Hydrogen ready » pour les Sables d’Olonne

La start-up a collaboré avec Chantier de l’Arsenal et Alternatives Energies pour développer deux navettes électriques qui pourront être adaptées plus tard à l’hydrogène. Elles seront rattachées au port des Sables d’Olonne.

Les navettes portuaires de NepTech commandées par l’Agglomération des Sables d’Olonne mesurent 11,90 mètres et ont une capacité de 50 passagers (dont 2 PMR) et 8 vélos chacune. Elles desserviront trois arrêts au sein du port des Sables et faciliteront les déplacements lors des grands événements qui ont lieu sur place, notamment le Vendée Globe en octobre/novembre 2024. Elles vont remplacer au sein de la flotte deux navires plus petits d’une capacité de 30 places.

Des réservoirs d’hydrogène sur le toit

Dans un premier temps, elles navigueront en version 100% électrique avec 2 moteurs de 20 kW. Ces navettes pourront accueillir à l’avenir des systèmes pile à combustible et des réservoirs hydrogène dont l’intégration a déjà été prévue – d’où l’appellation « H2-ready ». La propulsion hybride électro-hydrogène permettra aux navires d’opérer pendant plusieurs jours consécutifs, tout en s’affranchissant des infrastructures électriques. Elles seront alimentées par de l’hydrogène vert, stocké dans deux réservoirs hydrogène à une pression de 350 bars, installés sur le toit.

La motorisation électrique – Hydrogen ready – est fournie par la société Alternatives Energies. Il s’agit d’un concepteur et intégrateur de systèmes liés à l’énergie et à la propulsion.

Un consortium français

Ce choix d’un consortium 100% français, de la conception à la fabrication (à La Rochelle) en passant par la propulsion, témoigne de l’engagement continu de l’Agglomération des Sables d’Olonne envers la durabilité environnementale et la réduction de l’empreinte carbone de l’industrie maritime. « La commande de ces navires marque une étape importante pour l’innovation et la décarbonation de la mobilité maritime » indique Tanguy Goetz, mandataire du groupement et président de NepTech, se réjouissant que cela « puisse démontrer le savoir-faire d’entreprises françaises, engagées et innovantes ».

Vous voulez en savoir plus sur NepTech ? Alors nos deux derniers articles sur cet acteur devraient vous intéresser. Vous pouvez lire nos deux derniers articles sur NepTech ici et .

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde