Suite à l’appel à projets lancé en mai dernier, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a annoncé que 29 projets ont été labellisés par un comité d’évaluation regroupant des experts issus de l’ensemble des financeurs publics (Ministères en charge du développement durable et de l’industrie, CGI, ADEME, BPI France, Caisse des Dépôts et Consignations).

Le comité a distingué  huit territoires ayant déposé des projets : la communauté d’agglomération de la Rochelle, au titre de son projet Atlantech H-H ; la région Hauts de France, au titre de ses 4 projets EffiH2 ; la région Occitanie, au titre de 5 projets présentés ; la région Normandie, au titre de 4 projets soumis ; la région Pays de Loire et le département de la Vendée, pour 2 projets déposés ; le syndicat mixte des transports de Pau ; le Pays de Thur Doller ; la communauté de commune des Landes d’Armagnac, au titre de son projet Wood-Hy / Hy-Boy.

Trois projets avec un intérêt territorial fort sont labellisés : CASHEMIR et HYWAY II en région Auvergne-Rhone-Alpes ; Velhyre en région Centre-Val de Loire ; Cleargen en Martinique.

Les autres lauréats sont des projets avec un grand intérêt économique : ceux de Carrefour ; les projets SPHYNX portés par Engie en Ile-de-France ; le projet Be-e ; le volet stationnaire du projet Valhydate (entreprise Kem One).

Pour Ségolène Royal, le succès de cet appel à projets est une première étape importante dans le développement d’une filière hydrogène. Une filière qui, pour elle, qui représente des enjeux importants pour l’industrie française, la transition énergétique et la croissance verte.

Les utilisations de l’hydrogène sont d’une grande diversité, avec à la fois des développements technologiques, la création d’un éco-quartier avec une utilisation de l’hydrogène pour stockage stationnaire et mobilité, une alimentation de secours pour des magasins de grande distribution, la valorisation de gisements d’hydrogène fatal issus de process industriels, ainsi qu’une application dans l’aéronautique et des projets insulaires.