Maud Fontenoy s’engage pour l’hydrogène


L’hydrogène semble plaire aux marins. Alors que Victorien Erussard s’apprête à faire le tour du monde avec Energy Observer, le premier catamaran propulsé par des énergies renouvelables, et équipé d’une pile à combustible et d’un électrolyseur, c’est au tour de Maud Fontenoy de déclarer son intérêt pour ce vecteur d’énergie.

Rappelant que l’hydrogène représente « moins de 2 % de la consommation mondiale d’énergie », la navigatrice évoque son « grand potentiel en tant que vecteur d’énergie pour les transports et la production d’électricité ». « Certains considèrent même qu’il s’agirait d’une révolution aussi importante que celle du charbon au début de l’ère industrielle, écrit-elle dans Valeurs Actuelles. « Les avantages de l’hydrogène sont nombreux. Lorsqu’il est issu de sources renouvelables, il n’émet que de la vapeur d’eau et aucun gaz à effet de serre. L’hydrogène pourrait également renforcer l’indépendance énergétique de pays comme la France ». Adepte de la rame et de la voile, Maud Fontenoy ne parle pas des bateaux à hydrogène. En revanche, elle écrit qu’Alstom va livrer des trains à hydrogène en Allemagne (« une première mondiale », souligne-t-elle). Elle évoque aussi l’automobile, en rappelant qu’un véhicule hydrogène « disposerait d’une autonomie 2 à 3 fois supérieure à un véhicule électrique ». La navigatrice cite également dans sa tribune la technique « power to gas », qui consiste à transformer l’eau en gaz ou, plus précisément, à utiliser l’électricité générée par une éolienne ou un panneau solaire pour provoquer une réaction chimique dans l’eau. « Tous les espoirs sont aujourd’hui permis », écrit Maud Fontenoy pour qui « le problème de l’intermittence des énergies renouvelables serait ainsi réglé ». Engagée en politique, chez Les Républicains, elle se demande « pourquoi cette énergie n’est-elle pas plus développée et ne rencontre-t-elle pas l’enthousiasme des autorités publiques ? ».

Ce message s’adresse sans doute à Nicolas Hulot, qu’elle connaît bien puisque ce dernier a préfacé l’un de ses ouvrages (« Le sel de la vie », paru chez Arthaud).

Le fait qu’une personnalité s’engage en faveur de l’hydrogène est une bonne chose. Il est à noter que des experts prennent aussi la plume sur ce sujet. Il y a un mois, Jean-Paul Reich, ancien directeur scientifique d’Engie, avait rédigé une tribune dans « Le Monde » pour demander un « coup de pouce » à la production d’hydrogène par électrolyse, afin de stocker l’électricité éolienne et solaire et de limiter les émissions industrielles.

By | 2018-02-09T18:30:37+00:00 février 9th, 2018|Général|Commentaires fermés sur Maud Fontenoy s’engage pour l’hydrogène

About the Author:

Journaliste automobile depuis plus de 25 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives. Sur l'hydrogène, j'ai co-écrit un ouvrage en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Plus récemment, j'ai réalisé un livret pour l'OVE (Observatoire du Véhicule d'Enterprise).

Abonnez-vous à H2 Today (gratuit)

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Follow

Get the latest posts delivered to your mailbox: