On sait que la région est en faveur de cette solution. Lors de la session plénière du 15 novembre, la Présidente de la Région, Marie-Guite Dufay, et sa majorité ont décidé d’abandonner le projet d’électrification du tronçon ferroviaire entre Auxerre et Laroche Migennes dans le Contrat de Plan Etat-Région au profit de l’expérimentation de trains à hydrogène, rapporte le site Infos Dijon.

Ce projet déplaît à François Sauvadet, ancien ministre et Président du groupe Union des Républicains de la Droite et du Centre au conseil régional. Avec d’autres élus d’opposition, il dénonce une décision qui va à l’encontre du développement d’Auxerre. Ses arguments ? Selon lui, « la perspective du train à hydrogène est extrêmement hypothétique, les locomotives n’étant pas encore homologuées pour rouler sur le réseau français ». Il indique également dans son communiqué que le CESER Bourgogne-Franche-Comté « n’approuve pas l’expérimentation de l’hydrogène sur cette ligne en raison des délais de mise en œuvre ».

Pour sa part, Michel Neugnot, vice-­président du conseil régional en charge des transports, soutient que « les travaux de l’électrification auraient pris plus de temps ». L’élu espère qu’Auxerre bénéficiera de la « pré­série » des trains à hydrogène, qui pourraient emprunter les rails auxerrois dès 2022, selon lui.