Chargé d’une mission sur le verdissement du matériel roulant ferroviaire, le député LREM de Gironde Benoît Simian a remis son rapport à la ministre Elisabeth Borne, en charge des transports. Ce document est consultable ici.

Selon Benoît Simian, « la mission a permis de jeter les bases de la création d’un véritable écosystème autour du train à hydrogène, en mobilisant la SNCF, en fédérant les acteurs industriels pour mieux les structurer, et en amenant les régions à exprimer des besoins concrets quant aux lignes TER qui pourraient servir pour une expérimentation ». Le député précise que « cet écosystème a vocation à perdurer ». Il s’agit de « favoriser la préparation de la sortie du diesel dans le secteur du transport ferroviaire » et « d’encourager le déploiement d’une filière industrielle de l’hydrogène en plein développement ».

« Le Gouvernement va s’engager à travailler aux modalités d’expérimentation les plus pertinentes », a commenté Elisabeth Borne. « C’est le sens du projet de loi d’orientation des mobilités, qui vise justement à renforcer la coordination des acteurs de la mobilité, et à leur donner tous les outils pour organiser une mobilité plus propre et répondant mieux aux besoins de nos citoyens », a conclu la ministre.

Dès début décembre, M. Simian participera à de nouvelles réunions de travail en lien avec la SNCF, les régions candidates et ALSTOM. L’objectif, ainsi qu’évoqué par le PDG de la SNCF Guillaume Pepy, est d’aboutir à une première commande d’ici à l’été 2019.