C’est un nouvel exploit à mettre au crédit d’Energy Observer. Le catamaran a rejoint l’île de Spitzberg en Arctique, propulsé uniquement aux énergies renouvelables et à l’hydrogène. Après 5700 km parcourus depuis Saint-Pétersbourg, dans des conditions climatiques défavorables, le navire est pourtant arrivé en autonomie énergétique totale ce samedi, à 78° de latitude nord dans l’archipel du Svalbard (Norvège). Ce dernier est considéré par la communauté scientifique comme l’épicentre, le « Ground Zero », du changement climatique.

Pour l’équipage d’Energy Observer, au-delà de la première mondiale, cette escale est sans doute la plus symbolique de son Odyssée en Europe du Nord. Elle permet de prouver qu’il est possible de naviguer en totale autonomie, dans des conditions extrêmes, en puisant son énergie dans la nature et sans aucun impact écologique. Une fois de plus, l’énergie hydrogène est associée à un défi technologique et se positionne comme une alternative dans un contexte de changement climatique.