Dans le cadre de la Breizh COP*, la Région Bretagne, son agence économique Bretagne Développement Innovation (BDI) et l’ADEME étudient l’opportunité de développer l’hydrogène pour décarboner le secteur des transports. Cette réflexion s’appuie sur une étude (réalisée par SEIYA, Alca-Torda et Element Energy), sur les potentiels bretons de production et d’usage de l’hydrogène à horizon 2050. « Nous avons pu à a fois identifier les priorités en matière d’infrastructures et de projets d’ici dix ans et cartographier les acteurs de la filière bretonne positionnés dans la chaîne de valeur de l’hydrogène », résume André Crocq, Conseiller régional délégué à la transition énergétique.

Les résultats de ces cinq mois de travaux ont été restitués devant une centaine d’acteurs, représentant les transports routiers (Lahaye, Orain) et maritime (Brittany Ferries, Piriou, Barillec) et 17 collectivités bretonnes.

La Bretagne dispose déjà d’un écosystème avec Energy observer et ErH2 à Saint-Malo, Morbihan Energies à Vannes, H2X à Redon, l’Université de Rennes 1, mais également des territoires pionniers comme La Roche aux Fées Communauté et le Syndicat départemental de l’énergie du Finistère.

La prochaine étape est le lancement prochain d’une feuille de route bretonne. Celle-ci devrait proposer la conversion de flottes de véhicules routiers, le développement de navires du futur, des projets de stations de production et de desserte d’hydrogène à partir d’énergies renouvelables, ou encore des programmes de recherche industrielle pour des composants de nouvelle génération.

*Une initiative visant à associer les partenaires institutionnels, les acteurs socio-économiques et les citoyens à élaborer le plan climat