Lors d’un discours, hier, devant le Parlement Européen – et qui intervenait pratiquement jour pour jour 70 ans après la déclaration de Robert Schuman fondant l’Union – la Présidente de la Commission, Ursula von den Leyen, a évoqué son plan de reprise. Les priorités sont le « Green Deal » et la digitalisation (5 G, intelligence artificielle).

L’hydrogène propre fait aussi partie des technologies encouragées pour réduire l’empreinte carbone et préparer le futur. La Commission estime toutefois que cet effort doit venir du secteur privé.

La volonté est de construire une économie qui ne soit pas celle d’hier. Pour cela, l’Europe prépare un budget à long terme (Multiannual Financial Framework, MFF) qui doit être présenté en juin et couvrira la période 2021/2027. Les membres du Parlement veulent s’assurer qu’il y aura bien une continuité pour les programmes, malgré l’effort financier exceptionnel qu’implique la lutte contre le Covid-19.

Le 8 mai, c’est le Vice-Président de la Commission, Frans Timmermans, qui avait déclaré devant des membres du Parlement : « l’hydrogène est d’une importance essentielle pour le futur énergétique de l’Europe. Il peut apporter de très grandes opportunités, principalement dans le stockage et sous la forme d’un carburant pour les modes de transport qui ne peuvent pas se contenter de la seule énergie électrique ».