HydrogenStation_342

Dans Les Echos, on peut lire que 12 ans après un discours mémorable sur l’Etat de l’Union, où un certain George W. Bush évoquait la voiture à hydrogène, les premiers véhicules sont sur la route aux Etats-Unis. Mais, ils sont pas américains pour autant. Il s’agit pour le moment du Hyundai Tucson FC et de la Toyota Mirai.

Le quotidien économique rappelle que la Californie joue un rôle moteur. Ainsi, d’ici 2025, les constructeurs devront vendre au moins 15 % de véhicules propres. Le « Golden State » a par ailleurs choisi de promouvoir particulièrement la voiture à hydrogène, avec un système de crédits de CO2 et un bonus à l’achat deux fois plus élevé que pour la voiture électrique. Mais surtout, l’Etat finance la construction de 100 stations de chargement d’hydrogène, dont 50 à la fin 2016, pour un total de 200 millions de dollars.

Pour sa part, le département de l’Energie investit depuis quinze ans dans l’hydrogène et consacre aujourd’hui 100 millions de dollars par an dans les piles à combustible, rappellent les Echos. Ces travaux ont permis de réduire de 50 % le coût des piles dans le transport depuis 2006, de doubler leur autonomie, et de diviser par cinq la quantité de platine utilisée.

En conclusion, l’absence des constructeurs nationaux ne favorise pas l’investissement fédéral, tout comme le faible prix du pétrole, souligne l’envoyée spéciale du quotidien. Et de rappeler qu’aucun autre Etat n’a de plan aussi ambitieux que la Californie.