Nouvelles ambitions pour le groupe hydrogène de l’AIE

Actif depuis 1977, le groupe de travail* au sein de l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) a fait un travail remarqué en contribuant au rapport sur l’hydrogène qui avait présenté dans le cadre d’un G20 au Japon, l’an dernier. Etant donné le contexte très porteur, le groupe a décidé de passer à la vitesse supérieure. Il vient de valider une feuille de route ambitieuse portant sur la période 2020/2025. Il se présente comme un hub pour la recherche sur l’hydrogène, en lien avec les experts et la communauté qui gravite autour de l’agence.

Par ailleurs, le bureau a été renouvelé. Il se compose de la façon suivante : le français Paul Lucchese (CEA, Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives) en tant que Président, avec deux Vice-Présidents qui sont le japonais Eiji Ohira (NEDO, New Energy and Industrial Technology Development Organization) et le néerlandais Marcel Weeda (TNO, the Netherlands Organization for Applied Scientific Research).

Le secrétariat technique est assuré depuis l’Espagne par la société ARIEMA Energía y Medioambiente S.L., spécialisée dans les études et la vente d’électrolyseurs. Elle assure déjà cette mission pour l’association espagnole de l’hydrogène et la plateforme technologique locale pour l’hydrogène et les piles à combustible.

*IEA’s Hydrogen TCP (technology Collaboration Programme). Il a 40 projets de recherche à son actif, avec le concours de 25 pays.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting