Normes pour les poids lourds : aller plus vite au zéro émission ?

poids lourds zéro émission

Normes pour les poids lourds : aller plus vite au zéro émission ?

Le député européen écologiste Yannick Jadot a été désigné rapporteur pour le Parlement sur le règlement relatif aux standards d’émission de CO2 pour les véhicules utilitaires lourds. Il a fait part ce matin de ses propositions à la Commission, à l’occasion d’un briefing en ligne.

La révision de ce règlement est la dernière pièce du paquet « Fit for 55 » et fera également l’objet d’un débat d’orientation au sein du Conseil environnement, aujourd’hui. En introduction, Yannick Jadot a rappelé que les camions représentaient 2% du trafic, mais 28% des émissions de CO2 au sein du transport. Ils pèsent pour 6% des émissions de gaz à effet de serre, « c’est plus que l’aviation » a souligné le député européen.

Le rapporteur a ensuite rappelé que le texte de Bruxelles prévoir qu’en 2040, 90% des poids-lourds vendus soient zéro émission, avec une part de 65% en 2030 et 75% en 2035. C’est insuffisant pour Yannick Jadot, qui assure que les constructeurs européens – qui ont le leadership dans ce domaine – sont prêts à opérer une rupture technologique. Par ailleurs, la Californie a voté un réglement qui impose le zéro émission à l’horizon 2036.

Un objectif de 100% zéro émission pour les poids lourds en 2040

Le Parlement va donc proposer un objectif de 100% en 2040, avec des seuils de 65% en 2030 et de 95% en 2035. Avec l’électrique et l’hydrogène, les coûts seront réduits de 45 000 euros par an, assure M. Jadot. A un moment, on a pu croire qu’il laissait une porte ouverte au moteur à combustion, pour peu qu’il ne dépasse pas 1g de CO2 par tonne kilométrique*. Mais, Hydrogen Today a posé la question pour s’en assurer. Et le député européen n’est pas favorable au moteur thermique à hydrogène.

Il a fait part ensuite d’une condition posée par les industriels, et à laquelle il souscrit : « il faut que les infrastructures de recharge se développent, tant pour l’électrique que pour l’hydrogène ». Yannick Jadot va donc proposer de relever les seuils minimum de l’AFIR (la directive sur les énergies alternatives). Il rappelle au passage qu’une clause de révision était de toute façon prévue en 2026. Il veut « plus d’infrastructures ».

Le rapporteur a ensuite évoqué les bus. Le Parlement Européen n’entend pas revenir pour l’instant sur l’objectif de 2030 pour les bus en mode zéro émission. Mais, il a exprimé son souhait d’une préférence pour les bus produits en Europe, afin de contrer la concurrence chinoise.

Le document du Parlement Européen est à lire ici.

*Il a fait référence à un outil de simulation qui s’appelle Vecto et qui a le mérite de proposer une base commune.

Voir nos articles sur les normes proposées par l’Europe sur les véhicules lourds et l’AFIR.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde