Projet SEPHER : des antennes radio alimentées par l’hydrogène vert

Dans le cadre de la présentation de la nouvelle agence d’innovation dans les transports, au sein de laquelle sont associées la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) et la DGITM (Direction Générale des Infrastructures des Transports et de la Mer), il est fait mention de l’hydrogène dans le secteur aérien. Ainsi, la DSNA (Direction des Services de la Navigation Aérienne) fait mention du projet SEPHER (Secours Electrique par Pile à Hydrogène et Energies Renouvelables).

Initié depuis 2018, il vise à remplacer les groupes électrogènes Diesel des sites isolés de la DGAC où sont implantées des antennes radio et des radars. L’hydrogène aura pour rôle d’assurer une disponibilité permanente de l’énergie de ces infrastructures du contrôle aérien.

Comme sur le site pilote de Sarlat (Dordogne), où elle a été mise en place en 2019, la solution* se base sur des piles à combustibles alimentées par de l’hydrogène produit par une électricité verte issue de panneaux photovoltaïques. Elle a été développée avec Bouygues Énergies & Services, Powidian et BG Conseils. L’hydrogène pourrait s’appliquer sur le radar de Montpellier-Les-Plans, dont la rénovation Energie est programmée pour 2021.

*Elle a été labellisée par la fondation SOLAR IMPULSE.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting