Projet WaVe : premier test pour le Mercedes Unimog à moteur hydrogène

mercedes moteur hydrogène
Projet WaVe : premier test pour le Mercedes Unimog à moteur hydrogène

Présenté lors d’un salon en Allemagne, au printemps dernier, un porte-outils Unimog équipé d’un moteur à combustion d’hydrogène a réalisé un test intensif de fauchage. Les données seront exploités dans le cadre du projet WaVe*.

Ce roulage a eu lieu sur un tronçon déclassé de l’autoroute entre Bayreuth et Bamberg, en haute-Franconie, Outre-Rhin. Les essais pratiques, à basse température et dans des conditions topographiques variées, constituent une étape importante du projet de développement « WaVe » en cours, dans le cadre duquel 18 partenaires travaillent ensemble sur le concept d’entraînement par moteur à combustion d’hydrogène.

Ce prototype de Mercedes-Benz est basé sur le porte-outils Unimog U 430 dont le moteur au gaz naturel a été spécialement converti à l’hydrogène. La combustion de l’hydrogène dans le compartiment moteur produit de l’eau, qui est évacuée sous forme de vapeur par le système d’échappement. Sur ce véhicule, l’empattement et la longueur de la plate-forme sont dimensionnés de manière à ce que les réservoirs d’hydrogène puissent être installés derrière la cabine. Les quatre réservoirs haute pression (certifiés TÜV), d’une capacité de 700 bars, contiennent au total environ 14 kg d’hydrogène gazeux. Ils sont combinés en deux réservoirs doubles, qui fonctionnent indépendamment l’un de l’autre à l’aide d’une unité de contrôle des réservoirs.

Lors d’une prochaine étape de développement, les ingénieurs ont pour objectif d’augmenter le volume afin de pouvoir couvrir une journée de travail normale. Le moteur délivre environ 290 ch pour un couple 1000 Nm. Mais surtout, il est nettement plus silencieux que son équivalent diesel.

*Ce projet, financé par le Ministère Fédéral allemand de l’Economie et de la Protection du climat, a débuté en juillet 2021. L’objectif du projet WaVe est d’examiner dans quelle mesure un moteur diesel conventionnel en tant que distributeur multi-énergie pour la traction et toutes les prises de force peut être remplacé par un moteur à combustion alimenté à l’hydrogène.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2