PSA retourne sur l’hydrogène grâce à Opel

Lors de l’assemblée générale de PSA, Carlos Tavarès a révélé que le groupe travaillait sur le véhicule à hydrogène. En réponse à une question d’un actionnaire, le PDG a tenu ces propos  : « La pile à combustible nous y travaillons très activement et vous verrez l’année prochaine des initiatives très visibles de la part de notre groupe. Nous considérons effectivement que la pile à combustible est une technologie très intéressante, très importante ».

Cette annonce confirme ce que Gilles Le Borgne, Directeur de la qualité et de l’ingénierie de PSA, avait déjà dit lors du salon de Genève, en mars dernier. Il avait fait part de son intérêt pour la technologie en ce qui concerne les véhicules utilitaires.

Engagé dans une stratégie d’électrification, le groupe français va proposer des modèles hybrides rechargeables et électriques. Mais il dispose aussi dans son escarcelle d’Opel, qui a travaillé sur l’hydrogène pendant qu’il était lié à General Motors. Le centre de R&D de Rüsselsheim sera d’ailleurs mis à contribution.

Le retour de PSA dans l’hydrogène – il ne faut pas oublier qu’il a développé la pile GENEPAC avec le CEA – est un signe encourageant pour la filière. C’est aussi une victoire pour Louis Gallois, le Président du Conseil de Surveillance du groupe, qui a toujours incité la filière française de l’automobile à s’intéresser à cette forme d’énergie.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Share on twitter
Share on linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting