Réservoirs du futur : l’IMT Nord Europe obtient 10 M€ pour mener le projet ECOHYDRO

Réservoirs hydrogène : projet ECOHYDRO
Réservoirs du futur : l’IMT Nord Europe obtient 10 M€ pour mener le projet ECOHYDRO

Située à Douai, l’Ecole d’ingénieurs a obtenu une subvention de la Commission Européenne pour développer en 4 ans des réservoirs d’hydrogène plus économiques et plus durables, grâce à un matériau composite. Elle va coordonner un projet de recherche international.

Le projet a pour nom Ecohydro (Economic Manufacturing Process of Recyclable Composite Materials for Durable Hydrogen Storage) et bénéficie d’un soutien de Bruxelles, à hauteur de 10 millions, dans le cadre de l’appel à projets « Advanced materials for hydrogen storage tanks » du programme Horizon Europe/Clean Hydrogen. Il réunit un consortium de 15 partenaires répartis entre 7 pays (France, Belgique, Luxembourg, Italie, Royaume-Uni, Pologne, Turquie).

Ce projet est donc piloté par l’IMT Nord Europe, qui dispose d’un Centre d’Enseignement, de Recherche et d’Innovation (CERI) Matériaux et Procédés. Il réunit un autre partenaire académique français (l’IMT Mines Alès) et certains industriels dont Airbus, Mahytec, Arkema, Electra Commercial Vehicles, le groupe FEV et Temsa Skoda.

Une résine aux multiples propriétés

Ecohydro va permettre d’adapter aux réservoirs une nouvelle résine thermoplastique recyclable, développée par Arkema et qui a pour nom Elium. De plus, elle apporte de nouvelles fonctionnalités, telles que l’auto-réparabilité et la résistance au feu. Le projet va permettre aussi de développer, un nouveau procédé plus économique d’enroulement filamentaire pour la fabrication des réservoirs d’hydrogène. Il prévoit aussi des modèles numériques pour prédire la durée de vie résiduelle des réservoirs (à l’aide de la technologie dite « Structural Health Monitoring », via les capteurs intégrés et des algorithmes d’intelligence artificielle). Et surtout, l’ambition est de mettre au point une nouvelle technologie de recyclage des composites pour récupérer les fibres de carbone des réservoirs en fin de vie et les réutiliser pour fabriquer des nouvelles pièces.

Le projet va déboucher sur trois démonstrateurs, tous liés à l’hydrogène gazeux : les stations de ravitaillement, les camions de convois et le transport entre les différents lieux de stockage. Le consortium ambitionne également le développement d’un quatrième démonstrateur pour le secteur de l’aviation, dédié au stockage de l’hydrogène sous forme liquide cryogénique.

Vous voulez en savoir plus sur les réservoirs à hydrogène ? Notre dernier article sur le sujet devrait donc vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2