Retrofit : GCK décroche la première homologation de série pour un autocar à l’hydrogène

Retrofit : GCK décroche la première homologation de série pour un autocar à l'hydrogène
Retrofit : GCK décroche la première homologation de série pour un autocar à l’hydrogène

À l’issue d’un travail de longue haleine, mené auprès de l’UTAC et du CNRV, GCK Mobility (filiale de GCK) annonce avoir réussi tous les tests passés par l’Iveco Crossway NF 80 rétrofité à l’hydrogène. C’est la première fois qu’un véhicule reçoit une homologation routière de ce type.

Il s’agit donc d’une première mondiale et c’est pour cette raison qu’un ministre a fait le déplacement pour remettre le certificat d’homologation. Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, s’est en effet rendu vendredi dernier à Clermont-Ferrand. Et il a remis ce précieux sésame à Philippe Jacques, Directeur Général de GCK Mobility.

Lors de l’annonce le 16 février, d’un contrat de retrofit portant sur 50 autocars, et confié par la région AURA, le groupe avait indiqué que l’homologation n’était qu’une question de jours. L’UTAC a d’ailleurs indiqué, dans un post sur LinkedIn, que les tests avaient été réussis à la fin de l’année dernière. Il fallait aussi le feu vert du CNRV (Centre National de Réception des Véhicules), qui se trouve également sur l’autodrome de Linas-Montlhéry dans l’Essonne.

Une production industrielle avec déjà 100 véhicules en commande

L’autocar a été transformé dans les ateliers de la filiale du groupe GCK sur son site de Cournon (Puy-de-Dôme). Il est équipé d’une pile à combustible installée dans le compartiment moteur qui alimente les batteries du moteur électrique. En termes de performances, le véhicule a une autonomie de 500 kms avec un temps de recharge allant de 15 à 20 minutes. L’Iveco Crossway NF 80 rétrofité est autorisé à circuler partout en France, mais surtout il peut aussi être produit en série par GCK Mobility.

La remise du certificat d’homologation intervient alors que le groupe lance, en ce début d’année, sa phase d’industrialisation. Il revendique déjà des contrats portant sur 100 véhicules avec plusieurs clients. C’est une étape capitale pour la filière rétrofit, qui était cantonnée jusqu’à présent à des démonstrateurs et des prototypes. Pour GCK, il s’agit désormais de déployer massivement l’hydrogène, présenté comme « la seule source énergétique à même de répondre aux besoins des véhicules lourds ».

Plus d’info ici sur l’homologation en France. Retrouvez également nos articles sur le retrofit ici, et encore ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

2