SeaBubbles à l’hydrogène : une production prévue à partir de 2021

Selon Capital, Alain Thébault, le fondateur de la start-up française SeaBubbles ( des navettes propulsées à l’hydrogène), espère lancer début 2021 la production de ses taxis volants sur l’eau. Ces navettes propulsées à l’hydrogène seraient livrées 6 mois plus tard autour de 250.000 euros pièce. La promesse est de décongestionner les métropoles avec « une absence de bruit, de vagues, de pollution et un véhicule qui recrache juste de la vapeur d’eau grâce à l’hydrogène », s’enthousiasme-t-il.

M. Thébault met en avant l’intérêt de villes comme « Dubaï, Venise, Zurich, Paris… » et espère vendre les 50 premières unités « avant la fin de cette année. Neuf SeaBubbles ont déjà été commandés, affirme-t-il.

Les SeaBubbles reprennent le principe de l’hydroptère développé par Alain Thébault, avec lequel il a battu un record de vitesse à la voile en 2009. Des « foils », sorte d’ailerons immergés, maintiennent le bateau hors de l’eau à environ 50 centimètres au-dessus des vagues, grâce à la vitesse.

En plus de ces navettes, il ambitionne de faire un bateau d’une douzaine de places à l’horizon 2022.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde