Stratégie nationale hydrogène : de nouveaux objectifs pour 2030

Stratégie nationale hydrogène : les objectifs de 2030 revus à la hausse

A l’occasion des Journées hydrogène dans les Territoires de Dunkerque, France Hydrogène a présenté les résultats d’une étude*. Baptisée « Trajectoire pour une grande ambition hydrogène« , celle-ci révèle que non seulement les objectifs fixés par la Stratégie nationale hydrogène pour 2030 sont atteignables, mais qu’on peut faire mieux. Et même beaucoup mieux.

Rappelons que l’ambition vise à déployer 6,5 GW d’électrolyse à l’horizon 2030 et éviter ainsi l’émission de 6 millions de tonnes de CO2 par an.

Dans le scénario de base « Ambition 2030 », l’objectif visé est une consommation annuelle de 680 000 tonnes d’hydrogène renouvelable ou bas carbone dont 70 % pour le secteur industriel, 23 % pour la mobilité (300 000 véhicules légers, 5000 poids-lourds, 65 bateaux et navires et 100 trains) et 7 % pour le secteur de l’énergie.

Toutefois, en raison des exigences revues à la hausse de l’Europe et de certains pays dont la France, et en raison d’un contexte réglementaire plus sévère (paquet européen Fit for 55 qui interdit le moteur thermique en 2035), l’étude menée pour France Hydrogène a planché sur un scénario encore plus optimiste.

Stratégie nationale hydrogène : le scénario « Ambition 2030+ »

Ainsi, le scénario « Ambition+ 2030 » rehausse ainsi les objectifs de 50 %, soit : 1 090 000 tonnes de consommation annuelle d’hydrogène dont 58 % pour le secteur industriel, 30 % pour la mobilité (450 000 véhicules légers, 10 000 poids-lourds, 135 bateaux et navires et 250 trains et 12 % pour le secteur de l’énergie.

L’association a identifié en France 7 grands bassins de production et de consommation d’hydrogène. Il s’agit du Grand Ouest, de la vallée de la Seine, du Nord, de la Moselle-Rhin, de l’arc Rhônalpin, du secteur méditerranéen et du sud-ouest. Mais il y a aussi de nombreux projets un peu partout en France qui vont contribuer à créer des hubs territoriaux et à mailler ainsi tout un réseau de stations pour les véhicules.

Par ailleurs, les « Gigafactories » de piles à combustible, électrolyseurs ou encore de stations de recharge à hydrogène annoncées entre 2025 et 2030 permettront aux industriels nationaux de prendre une part de marché significative au niveau national tout en se positionnant fortement à l’export en Europe et dans le monde.

*réalisée par le cabinet Hinicio pour France Hydrogène avec la participation du Comité Stratégique de Filière Automobile et du Comité Stratégique de Filière Nouveaux Systèmes Energétiques.

Vous voulez en savoir plus sur la stratégie nationale hydrogène ? Notre dernier article sur le sujet devrait vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles