Technip va faire de l’hydrogène vert en mode offshore en Norvège

Vous avez déjà entendu parler de Deep purple ? Il ne s’agit pas du célèbre groupe de rock, mais d’un procédé permettant de produire de l’hydrogène vert à partir d’éoliennes implantées en mer. Le système fourni du courant électrique quand les turbines tournent. Et l’excès d’électricité permet de faire une électrolyse (avec de l’eau de mer par osmose inverse) de façon à produire de l’hydrogène qui est ensuite stocké. Quand il n’y a pas de vent, des piles à combustible le consomment pour produire à nouveau de l’électricité de façon à répondre à la demande en énergie.

Initié en 2016, le projet va être soutenu à hauteur de 9 millions d’euros par le fonds d’innovation de la Norvège. TechnipFMC, qui a conçu Deep Purple, va prendre la tête d’un consortium composé de Vattenfall, Repsol, ABB, NEL, DNV GL, UMOE et Slåttland.

Il s’agit à ce stade d’un projet pilote qui va servir à tester la technologie, avant un déploiement à plus large échelle.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting