Bertrand Piccard veut faire le tour du monde en avion à hydrogène

Bertrand Piccard veut faire le tour du monde en avion à hydrogène
Bertrand Piccard veut faire le tour du monde en avion à hydrogène

Après Solar Impulse, qui utilisait l’énergie solaire, Bertrand Piccard se lance dans un nouveau défi : un tour du monde sans escale dans un aéronef propulsé par de l’hydrogène liquide. Le projet, qui se fait en partenariat technique avec la société Syensqo*, a pour nom Climate Impulse.

Le rendez-vous est fixé à 2028. Le célèbre explorateur suisse, qui connaît bien l’hydrogène pour avoir réalisé un record d’autonomie au volant de la Hyundai Nexo, repart donc pour un tour du monde en avion zéro émission. Et cette fois avec des piles à combustible. Comme l’explique un communiqué, le projet a été lancé suite à deux ans de recherches, sous l’impulsion d’Airbus, Daher, CapGemini et avec la participation d’ArianeGroup. Le défi vient du fait que l’avion va embarquer de l’hydrogène liquide, qu’il faudra maintenir à moins 253 degrés pendant les neuf jours de vol. Et ce sera de l’hydrogène vert, produit à bord avec un électrolyseur.

Un navigateur de courses au large à ses côtés

C’est un exploit que Bertrand Piccard va réaliser en compagnie du français Raphaël Dinelli, un navigateur de courses au large (Transat Jacques Vabre, Route du Rhum) qui est aussi un ingénieur spécialiste des matériaux composites. Concepteur et pilote d’essais de l’avion électrique ERAOLE multi-hybridé aux énergies propres, il va diriger l’assemblage de l’aéronef. Le design du fuselage tient compte des réservoirs d’hydrogène.

Au niveau du planning, les deux prochaines années seront consacrées à la fabrication et l’assemblage des pièces. En 2026, il y aura les premiers essais, puis en 2027 une traversée de l’Atlantique de type Lindbergh entre la côte Est des USA et Le Bourget. L’année suivante, les deux pilotes se lanceront alors dans leur tentative de tour du monde en avion à hydrogène.

Voici le teaser du projet sur youtube.

Des partenaires pour accompagner le projet

Si Syensqo est le partenaire principal, le projet est également soutenu par la Fondation Engie, BNP Paribas, SLB, Schneider Electric Foundation, Adeo, Movin’On, Holcim, Bekaert, ou encore Deutsche Telekom en tant que « supporters » de la mission. C’est d’ailleurs un privilège réservé aux seuls partenaires de la Fondation Solar Impulse.

*Une société spécialisée dans les matériaux qui développe des solutions durables dans différents secteurs (aérospatial, automobile, batteries) dont l’hydrogène vert. Elle est issue de la scission du groupe belge Solvay.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute