Toyota va développer un Hilux H2 en Angleterre

Toyota Hilux H2 Angleterre

Moyennant une subvention, le constructeur japonais Toyota va développer une version à hydrogène (H2) de son pick-up Hilux en Angleterre, dans le cadre d’un programme de recherche.

Alors que Stellantis a annoncé cet été l’extension de son offre hydrogène au segment des pick-ups, notamment aux Etats-Unis, on se demande pourquoi Toyota n’a pas fait un choix similaire. La marque va bien développer une version à pile à combustible de l’Hilux, mais dans un cadre très particulier. Elle a candidaté auprès de l’APC (Advanced Propulsion Centre), un organisme qui favorise en Grande-Bretagne l’essor des véhicules zéro émission. Résultat : Toyota va bénéficier de fonds (11 millions de livres) et diriger un consortium, composé de la société d’ingénierie Ricardo, d’ETL, de D2H et de l’institut Thatcham. Le projet consiste à intégrer la pile de seconde génération équipant actuellement la Mirai.

On se demande un peu où est l’innovation dans tout cela.

En tout cas, des prototypes de cet Hilux H2 devraient être assemblés l’an prochain sur le site de Burnaston (Derbyshire) qui produit la Corolla pour le marché anglais. Une production en petite série pourrait suivre dans la foulée.

Vous voulez en savoir plus sur Toyota ? Notre dernier article sur le sujet devrait vous intéresser. Vous pouvez le lire ici.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.

1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundis en fin de matinée).

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène