Moteur à hydrogène : Toyota multiplie les partenaires

Un an après avoir fait courir sa Corolla en championnat Super Taikyu au japon, le constructeur se repose sur 24 partenaires (au lieu de 8 initialement) pour produire et transporter jusqu’aux circuits de l’hydrogène. Et la voiture a couru à Fuji, ce week-end.

Pour la partie production, ce ne sont pas moins de 8 partenaires qui sont impliqués, dont la ville de Namie (Préfecture de Fukushima), Obayashi Corporation, Toyota Motor Kyushu Corporation, la joint-venture HySTRA (qui comprend Kawasaki Heavy Industries, Iwatani Corporation, Power Development Corporation), la ville de Fukuoka, et la préfecture de Yamanashi. L’hydrogène est obtenu à partir de la gazéification du charbon (importé d’Australie), de la géothermie, des eaux usées, et de l’énergie solaire.

Pour le transporter, Toyota utilise des camions (avec le concours de sa filiale Toyota Transport Corporation et du CJPT*) et l’avion. L’hydrogène est stocké dans des réservoirs en composite à plus haute pression (450 bars au lieu de 200), qui permettent d’embarquer plus de volume.

S’agissant des performances, en un an, le constructeur japonais a constaté que l’autonomie a augmenté de 20 %, tout comme la puissance moteur (+ 20 %), le couple gagnant au passage + 30 %. Pour la suite, Toyota va tester l’hydrogène liquide. Le constructeur estime que si ce mode de stockage est compatible avec une voiture à moteur thermique (la Corolla utilise un 3 cylindres), l’autonomie serait alors comparable à celle d’un véhicule à essence. Une station mobile liquide a été exposée sur le circuit de Fuji. Elle présente l’avantage d’une taille 4 fois plus petite.

En attendant, le constructeur a fait appel à Jari-Matti Latvala, le responsable de l’écurie Toyota** engagée en championnat du monde WRC. Le finlandais, qui a remporté 18 victoires au plus haut niveau du rallye, a conduit ce week end la Corolla H2 concept et pourra aider à son développement.

Toyota a choisi aussi d’exposer sur le circuit de Fuji sa cartouche à hydrogène (lire notre précédent article) et un générateur à hydrogène capable d’alimenter en électricité. Il contient assez d’hydrogène pour faire le plein de 30 Mirai.

*Commercial Japan Partnership Technologies Corporation : une alliance dans les utilitaires autour de Toyota, Hino, Isuzu, Suzuki et Daihatsu

**Toyota Gazoo Racing WRT

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting