Un club hydrogène en vallée de l’Arve

Le pôle Mont Blanc Industries, qui fédère plus de 300 entreprises industrielles autour de projets collaboratifs dans les domaines de l’usinage de précision et de la mécatronique, a décidé de créer un club de l’hydrogène. Ce n’est pas très surprenant quand on sait que ce cluster a fusionné en février dernier avec le pôle Viameca dont Michelin est l’un des membres pour former le pôle CIMES (Creating Integrated Mechanical Systems).

Bibendum est en effet l’un des acteurs-clés de la filière H2 en France et au niveau régional du projet Zero Emission Valley de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le pôle a nourri sa réflexion suite à une étude qui a été menée par l’observatoire de la sous-traitance sur le marché de l’hydrogène au niveau national et international. Cette initiative a été menée en collaboration avec le syndicat national du décolletage, qui anime des groupes marché dont un dédié à l’automobile et qui cherche justement de nouveaux débouchés pour « chasser en meute ».

Une première réunion s’est tenue en présence d’une soixantaine de personnes, le 24 septembre. L’objectif était de présenter le marché de l’hydrogène aux industriels d’un territoire qui se situe à la fois en Haute-Savoie (le siège du pôle est à Cluses, en vallée de l’Arve) et en Savoie. La réunion a été l’occasion de faire une cartographie de l’industrie de l’hydrogène et de présenter les spécifications pour le marché de l’auto.

Le club H2 du pôle Mont Blanc Industries se montre intéressé par les débouchés possibles dans l’automobile, mais il s’intéresse aussi aux gros véhicules ainsi qu’au ferroviaire, aux bateaux. à la distribution, au générateur voire à la maison/construction passive.

Cette initiative pourrait donner naissance plus tard à des projets de R&D collaboratifs, une dimension qui justement n’existe pas encore dans le cadre du projet ZEV.

 

 

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting