Un plein d’eau pour produire de l’hydrogène ?

Electriq~Global, une start-up* australo-israélienne, déclare avoir mis au point un carburant liquide à base d’eau (à hauteur de 60 %) qui permet d’extraire de l’hydrogène à partir d’un catalyseur et de s’en servir avec une pile à combustible dans une voiture. L’entreprise revendique une autonomie doublée (1 000 km) pour les véhicules par rapport à des stockages de type batterie ou hydrogène pur et la moitié du prix pour le plein (25 $).

Le fameux Electriq~Fuel est stable à température ambiante et n’a pas besoin d’être comprimé. De plus, ce combustible peut être réutilisé après un recyclage en usine, où il serait rechargé en hydrogène.

Ces avancées ont été présentées lors du récent EcoMotion 2018 ‘Smart Mobility Summit’ qui s’est déroulé en Israël. Electriq~Global a présenté un vélo alimenté par sa solution. La start-up collabore actuellement avec un fabricant de camions et de bus à hydrogène pour concevoir des véhicules qui fonctionneront avec ce carburant.

Cela paraît trop beau pour être vrai. Néanmoins, ce n’est pas la première fois que la piste d’un carburant liquide est avancée pour augmenter l’autonomie des véhicules électriques. Elle a été explorée par nanoflowcell pour alimenter des batteries de type Redox.

De plus, des chercheurs en Israël de l’université Ben Gourion du Néguev et de l’Institut de technologie Technion ont trouvé une méthode pour extraire plus facilement de l’hydrogène à partir de l’eau, grâce à l’énergie solaire.

L’hydrogène pourrait donc devenir une énergie plus abordable dans le futur.

*Elle s’appelait autrefois Terragenic, lors de sa formation en 2014.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting